On commence par dire, comme Louis Kahn : "J'aime les commencements."
Ce qui fournit un joli préambule. On finit donc par dire (comme Mathieu Provansal) : j'aime les préambules.