Re sur le séjour en Algérie du président français, qui, notons le, est parti l'air de rien, ayant minimisé, finallement, après le mot du ministre algérien la semaine dernière. Et sur place il revient aux malheurs coloniaux, histoire de faire l'impasse sur leur actualisation, leur éternelle ré-actualisation. On n'instrumentalise plus les personnes, mais encore un peu leurs ressources, leurs us, et un jour on recommencera avec les personnes, si ce n'est sur place, dans le gouvernement néo métropolitain c'est déjà fait, avec une femme en plus !