Le problème, avec ces histoires de peur du noir, c'est qu'on est au point où on commence à avoir trop de lumière, mais on ne veut pas retourner vers l'obscurité.