Le jour s'est levé dans un nuage léger formant comme une estompe aux arrière-plans du paysage, aux maisons, collines et arbres éloignés ; il faisait 15 degrés. Ce temps est demeuré stable, animé d'un vent agile et mou toute la journée jusqu'à ce qu'en milieu d'après-midi cette brume fine se précipite sans bruit par gouttelettes qui couvraient tout imperceptiblement, formant une impression de pluie, mais vraiment ténue. Remarquable cependant à la chute qu'elle provoquait des pétales du pommier et du cognassier qui nous attendaient fleuris et qui sèment d'un blanc rosé d'aurore la pelouse, enfin vengée ! Cet effet de pluie légère augmentant les odeurs, cela sentait extraordinairement bon alentour des ces deux arbres en fleurs ce soir, entre les gouttes…  Et il n'y a pas d'hirondelle alors qu'hier, elles striaient l'azur, et que pendant tout avril, je n'en avais vu qu'un couple rasant l'eau, je crois bien d'un affluent de l'Elbe : l'Elde (à Eldena). Il pleut toujours, de façon plus régulière et fournie maintenant que la lumière baisse.