— Hier soir, vers 22h., je notais dans un carnet que le vent qui se levait dans la nuit semblait frais ; ce matin, ce vent soufflait toujours mais il était doux.
— Je prends des notes relatives à la météo dans ce carnet sans toujours les retranscrire ici (où j'improvise assez généralement).
— J'ai ouvert un deuxième blog où je n'écris rien.
— Il a plu cet après -midi un nombre extrêmement restreint de gouttes de pluie ; j'en ai d'abord reçu deux sur le bras, dans le jardin ; un quart d'heure plus tard j'en ai reçu une autre sur la main, et la place du village, de l'autre côté de la maison.
— La joute verbale relatée par Jacques Roubaud au début de son livre "La Fleur inverse" m'enthousiasme à chaque fois que j'y repense ; il s'agit (à peu près) d'un orateur qui, à celui que le défie de répondre à rien, répond qu'il se tait.
— J'admire les vues franches de Gérard Challiand sur les conflits dans le monde, singulièrement lorsqu'il évoque auprès d'analystes emmêlés une chose aussi sensible et élémentaire que la démographie pour donner une idée du prix de la vie d'un homme à un moment donné dans un endroit donné.

Je tague : Monnier, Didier Da, Ph.

J'ajoute qu'il est curieux, dans ce système des blogs, d'inviter à dévoiler des choses, puisque c'est précisément ce que les gens passent leur temps à y faire.