Il a fait ce qu'on appelle une journée magnifique. Dès le levé du jour, le disque émoussé de la lune blonde flottant parmi les tons lilas de l'ouest regardant le soleil qui allait paraître. Dans un ciel resplendissant de froid sur le sol gelé qui gardait en lui toute brume possible, l'ampleur du jour avait champ libre et à mesure que le jour progressait la douceur s'amenait. Dans la lumière clémente et homogène, le paysage donnait le change, les champ étincelant tandis que leurs parties ombragées, au liseré des bois, demeuraient toutes blanches d'un composé de givre et d'un résidu neigeux. Ainsi, partout, le contraste persistait entre le jour et la nuit, d'une amorce de printemps pleine de promesses hors délai, et d'une nuit éternelle transformant en petit pain de glace brillant de quelque reflet indirect du ciel la moindre masse d'eau retraite de l'éclat du jour.