Les flamèches nuageuses qui peignaient le ciel hier en fin d'après-midi, parvenant de l'ouest où elles s'étaient montrées sur l'horizon dans la forme d'une masse nuageuse blanche et compacte quelques heures plus tôt, avaient gagné tout le ciel ce matin ; elles ou bien leur grandes sœurs, car s'il y avait clairement une parenté d'espèce, on ne peut pas dire que c'était les mêmes nuées. Par ailleurs, le ciel en était rempli dans toutes les orientation, formant un motif bigarré malgré le nombre binaire des coloris. Il ne faisait pas froid, ça pinçait tout au plus un peu de bon matin, mais la lumière était changée. Son éclat devenu ténu sans que la lumière soit douce, mais ternie jusque dans les ombres bien que le contraste persistait. Il y avait des coupes franches sans atout, des plans et des pans nimbés, mais dans une dynamique toujours tamisée. Sans doute à cause des vents aux directions multiples et aux vitesses moindres qui installaient en altitude une trame irrégulière, dont une veine pouvait soudain s'écraser sur l'imaginaire plan d'un tableau pour former quelque transparence diluée devant rien.