Ce n'est rien de le dire : le temps s'est refroidi depuis presque une semaine, ayant fait succéder aux effets d'annonces des effets d'averses. Bref, c'est sec. L'éclairage diurne est fréquemment nuancé par le passage de nuées plus ou moins vastes, regroupées ou parcellaires, qui défilent généralement assez vite, car il y a constamment un peu de vent : pas de bourrasques, mais un brave courant d'air plein d'élan, qui sifflote ou se frotte par moments dans les branchages généreusement garnis. Temps changeant mais presque toujours aéré, rarement chaud, et assez systématiquement sec : où est donc le changement sinon dans la lumière ; et encore, au train qu'adoptent les nuages, il faudrait passer son temps à y être attentif pour se rendre compte qu'à tel moment, effectivement, ça s'est assombri… Mais non ! c'était le soir.