Hier, peu avant 9h., de la lumière filtrait au travers des nuages étendus comme un brouillard assez bas pour écrêter les collines proches, masquer les lointaines. De fait, cette impression que le paysage fait une lampe, que l'on peut avoir par accoutumance à la lumière des temps de pluie, quand aussi les nuages qui traduisent ainsi l'éclairage solaire ne sont pas trop opaques, donnait l'impression connexe que le temps pouvait "se lever" en allant vers midi. Et ce n'était une impression car, assez vite, le ciel s'est épaissi de nouveau, le paysage s'est éteint. Vers 14 h. 30, la pluie revint, lisse dans son impeccable continuité. Ce n'est que peu de temps avant la tombée de la nuit qu'il cessa de pleuvoir, c'est-à-dire tard, puisque, ainsi que mon épouse l'entendit dans la conversation d'un couple âgé passant près d'elle dans la rue, les jours vont bientôt raccourcir et on n'en aura même pas profité. Dans le moment de soleil qui a traversé l'après-midi d'aujourd'hui, la route qui longe le lit de la rivière, dans le vallon, portait un courant de vapeur invisible, mais sensible, d'une luminosité rarement si humide.