mercredi 18 novembre 2009

Guy David et Didier de la Porte, Calendrier des semis 2010, Supplément météorologique, p. 3

"L'élément EAU humidifie l'air et oriente les températures dans les moyennes saisonnières.Cette impulsion augmente l'humidité de l'air (l'air peut se mettre à "sentir l'eau") avec toutes les conséquences que cela entraîne : rosée plus abondante et plus persistante, effet de couverture isolante plus importante limitant la montée comme la descente des températures, effet de feutrage des couleurs avec augmentation des gris plus ou moins clair, augmentation du nombre de nuages et de leur taille avec prédominance des nuages... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 13 novembre 2009

Lydie Salvayre, BW (éd. Seuil p. 186)

"Mais pour la première fois de sa vie, il ressent une hostilité en suspension dans l'air, un danger impalpable, une violence prête à fondre, comme ces ciels d'orage avant qu'ils ne s'éventrent et ne crèvent en déluge."
Posté par Mr Provansal à 10:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 5 novembre 2009

Carlo Emilio Gadda, Novella seconda (éd. Ch. Bourgois p. 77)

"Une lumière était apparue du côté de l'orient. Une chouette avait commencé à jeter son cri, dont on dit qu'il est lui aussi un signe de mort. Une lumière était tombée du ciel, comme une trainée de sang.— Sang de Caïn, dit le garçon en serrant les dents.    Le rossignol s'était tu, laissant la nuit seule et ses étoiles froides, infinies : dans la forêt, les vents froids des Alpes, et le bruit lointain des eaux… Et après, quand la fontaine tarie était restée à sec pour de bon :— Mais on était en août, c'est normal… ... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 octobre 2009

Hugo Victor, Les Misérables (éd. du Ministère de l'éducation nationale*, p. 121)

"La nuit n'était pas très obscure ; c'était une pleine lune sur laquelle couraient de larges nuées chassées par le vent. Cela faisait au dehors des alternatives d'ombre et de clarté, des éclipses, puis des éclaircies, et au dedans une sorte de crépuscule. Ce crépuscule, suffisant pour qu'on pût se guider, intermittent à cause des nuages, ressemblait à l'espèce de lividité qui tombe d'un soupirail de cave devant lequel vont et viennent des passants." * Ces éditions destinées aux premiers prix ne sont pas sans coquilles.
Posté par Mr Provansal à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 19 octobre 2009

Françoise Fressoz, Les Limites de l'hyperprésidence (Le Monde, samedi 17 X 2009 p. 10)

"La chape de plomb est lourde sur le cas Jean Sarkozy mais ce que disent en 'off' les voix de la majorité sonnent comme une alarme pour le président." C'est un exemple typique d'interprétation erronée d'une phrase par un correcteur informatique d'orthographe. Et c'est un exemple publié.
Posté par Mr Provansal à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 17 octobre 2009

Georges Bernanos, La France contre les robots (éd. Robert Laffont 1947 p. 182)

"La Civilisation des Machines est la Civilisation des techniciens, et dans l'ordre de la Technique un imbécile peut parvenir aux plus hauts grades sans cesser d'être imbécile, à cela près qu'il est plus ou moins décoré. La Civilisation des Machines est la civilisation de la quantité opposée à celle de la qualité."
Posté par Mr Provansal à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 septembre 2009

Dominique Fourcade, "éponges modèle 2003" (éd. P. O. L. p. 47)

"Leurs feuilles à ce stade du printemps, et pour quelques jours seulement encore, ne sont pas assez grandes pour cacher le réseau des branches, mais déjà assez denses pour l'envelopper sans le tenir."
Posté par Mr Provansal à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 septembre 2009

Hölderlin, "Hypérion" (Poésie/Gallimard trad. Ph. Jacottet pp. 70 et 71)

"… ] à droite, des nuées d'orages s'amoncelaient au-dessus des forêt du Sypile : je ne sentais pas la tempête qui les portait, rien qu'un souffle dans mes cheveux, mais j'entendais leur tonnerre comme on devine la voix de l'avenir, et je voyais leurs flammes, comme la lumière lointaine de la divinité pressentie."
Posté par Mr Provansal à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 1 septembre 2009

id. p. 106

"Et dernièrement, depuis qu'il a mis son pardessus au clou, il pleut tout le temps."
Posté par Mr Provansal à 14:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 1 septembre 2009

id. p. 100

"Ça dégringole, ici, hein ? Impossible de savoir si le ciel a envie de chier ou de pisser."
Posté par Mr Provansal à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]