samedi 1 décembre 2012

Canard

Ce soir, comme ça arrive quelques fois, un canard s'est aventuré sur le tour de ville, égaré depuis la confluence du Créneau et du Cruou, lequel passe sous un parking, contre le terrain de boule, le long des anciennes fortifications. On l'entend qui appelle une cane, deux trois fois puis plus rien. Des fois ça s'éternise, aux beaux jours, mais là c'est un froid de.
Posté par Mr Provansal à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 11 novembre 2010

Je profite de ce jour de pluie d'une monotonie circonstanciée, sinon le leurre, ce matin, qu'il allait faire une jolie journée, pour annoncer que, depuis cet été, ce blog a déménagé. Le village, jusqu'au printemps, dont on ne voyait plus le terrain de boules sous l'effet des brumes matinales, se trouvait à cinq cents et quelques mètres d'altitude dans le nord de l'Aveyron, non loin de la Lozère. C'était un endroit frontalier de plusieurs aires géographiques, et les prévisions de la météo nationale pouvaient y paraître caduques. Par... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 8 octobre 2010

L'automne est doux, mais la vie est raide. On dirait l'été de la saint Martin, mais en France, depuis le 11 Novembre 1918, il n'y a plus de saint Martin. Que faire de ces douceurs alors ? Par ce temps, le gouvernement aura du boulot s'il veut dissuader les lycéens d'aller dans la rue. S'il espère qu'une jeunesse éprise d'on ne sait quoi se refuse aux charmes d'une arrière saison.
Posté par Mr Provansal à 19:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 16 juin 2010

Hier, peu avant 9h., de la lumière filtrait au travers des nuages étendus comme un brouillard assez bas pour écrêter les collines proches, masquer les lointaines. De fait, cette impression que le paysage fait une lampe, que l'on peut avoir par accoutumance à la lumière des temps de pluie, quand aussi les nuages qui traduisent ainsi l'éclairage solaire ne sont pas trop opaques, donnait l'impression connexe que le temps pouvait "se lever" en allant vers midi. Et ce n'était une impression car, assez vite, le ciel s'est épaissi... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 31 mai 2010

L'espèce de crachin gluant mâtiné de bourrasques latérales, car le vent souffle généralement de côté, mais cela mérite qu'on le stipule, et qui s'est mis d'accord avec les acacias pour commencer à bruire de la façon la plus aléatoire en concomitance avec leur fleuraison, en a précipité sans discontinuer l'odorant produit, des fleurs, sous la formes de simples pétales épars en monceau sur les différentes chaussées du pays, que parcourant à vive allure, car on est toujours d'astreinte urgente par ici, ou là, les bolides quadricycles... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 mai 2010

Les tamaris essayent de fleurir…
Posté par Mr Provansal à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 avril 2010

De nouveau le ciel radieux où le soleil rayonne et de nouveau les immuables sillages dérivent lentement à la traîne de nefs véloces parcourant enfin comme jadis les champs célestes délaissés à cause de ce maudit volcan islandais.
Posté par Mr Provansal à 22:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
jeudi 4 février 2010

Il y a un vent énorme qui s'est levé la nuit dernière, et ce matin il apportait beaucoup de douceur, chez Mme R. dans le jardin du bas où les feuilles persistantes et fuselées en aiguilles des grands conifères portaient son souffle avec bruit et ampleur. Dans l'herbe, un chat noir et blanc que je vois là pour la première fois a tourné la tête lors d'une rafale, surpris, pour voir ce qui arrivait de là où cela venait.
Posté par Mr Provansal à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 novembre 2009

La lune, on dirait qu'elle est en train de fondre, disait mon plus jeune fils ce soir.
Posté par Mr Provansal à 21:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 25 juillet 2009

Temps radieux, quoique frisquet ce matin, le vent qui s'était levé l'autre jour, vaste et lent, flirtant le soir alors que nous dinions dans le jardin, sous les roses qui du ponant striaient quelques fumeuses nuées, avec le goulot d'une bouteille de bière, vide, sur la table, et en tirant un sifflement grave et ovale, choral, chaleureux comme une accolade météorique, tombé hier, semble reprendre du service avec toujours plus de sagacité.
Posté par Mr Provansal à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]