samedi 30 octobre 2010

Restauration rapide à Saint-Jean-de-Védas

Posté par Mr Provansal à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 8 octobre 2010

L'automne est doux, mais la vie est raide. On dirait l'été de la saint Martin, mais en France, depuis le 11 Novembre 1918, il n'y a plus de saint Martin. Que faire de ces douceurs alors ? Par ce temps, le gouvernement aura du boulot s'il veut dissuader les lycéens d'aller dans la rue. S'il espère qu'une jeunesse éprise d'on ne sait quoi se refuse aux charmes d'une arrière saison.
Posté par Mr Provansal à 19:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 7 septembre 2010

Lu sur Médiapart, ce soir après la pluie

"Un peu partout en France, des pancartes ont fleuri sur la saga politico-financière mettant en scène depuis juin la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt, et le ministre du travail, Eric Woerth. Et, à Paris, François-Marie Banier, un personnage central de l'affaire poursuivi pour «abus de faiblesse» de l'héritière de L'Oréal n'y a pas peu contribué, puisqu'il a fait une apparition remarquée à vélomoteur au cœur de la manifestation pour prendre des photos."
Posté par Mr Provansal à 22:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 10 août 2010

Henri Bosco, Hyacinthe (éd. folio-gallimard pp. 15 & 16)

"A part ces petites apparitions, il ne s'y produisait d'accidents notables qu'au-dessus de la terre, au ras du ciel, sur cette ligne où se construisent les nuages. Depuis que l'automne, en amenant les vents de mer, avait modifié les aspects de la plaine ils avaient peu à peu élevé, d'abord vers l'ouest, l'immense édifice de la pluie. Chaque soir cette ville élastique étendait ses masses colorées et occupait un peu plus l'horizon. Elle gagna d'abord du terrain vers le sud où l'on vit, pendant quelques jours, monter, vers cinq... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 14:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 17 juillet 2010

Fernand Pouillon, allocution du 13 Mars 1965 (texte cité par B. Marrey ds "L'Homme à abattre", éd. du Linteau pp. 110 & 111)

"Je suis contre, parce que c'est se moquer, réellement, de ceux qui ont des besoins urgents, qui ont besoin d'avoir l'eau chez eux. C'est se moquer des besoins des gens qui ne veulent pas devoir habiter une cité sinistre. C'est le besoin des gens qui ne veulent pas faire quatre ou cinq heures de trajet par jour. C'est le besoin des gens qui ne veulent pas subir la ségrégation qu'ils subissent malgré eux. Il y a cent ans à Paris, cohabitaient des gens de toutes sortes, et donc la promotion sociale pouvait se faire sur elle-même,... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 9 juillet 2010

Actualité

Les politiques, singulièrement la majorité, feignent de découvrir le journalisme.
Posté par Mr Provansal à 23:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 6 juillet 2010

Un prénom de "tsar"

Parole notable d'un pharmacien de la commune dans laquelle a grandi le capitaine de l'équipe de France de foot, rapportée ce 3 Juillet dans une interview par Omar Ouamane, quant aux propos orduriers tenus par les foot-ballers à l'égard de leur entraîneur, comme on sait. Le pharmacien de cette commune donc, insiste sur le fait qu'avoir grandi dans cette commune de banlieue n'est pas en cause dans ces propos. Il ajoute que lorsque c'est un énarque qui parle de cette façon publiquement, on n'en fait pas cas, on passe… Au contraire,... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 23:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 2 juillet 2010

Carlo Emilio Gadda, "Le club des ombres" (in "Des accouplements bien réglés", éd. Seuil, p. 187)

"Quand la tramontane tomba, s'arrêtant au-delà des crêtes du mont, et que la pelisse qui les surplombait commença de se déchirer çà et là, laissant paraître l'azur, quand sur les tombes des Simplicii quelques violettes fleurirent entre les grilles, la demoiselle aussi dépouilla le pelisson de faux castor dont elle s'était harnachée pour la triste guerre d'hiver. Elle fut heureuse de se débarrasser de cette lèpre."
Posté par Mr Provansal à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 juin 2010

Hier, peu avant 9h., de la lumière filtrait au travers des nuages étendus comme un brouillard assez bas pour écrêter les collines proches, masquer les lointaines. De fait, cette impression que le paysage fait une lampe, que l'on peut avoir par accoutumance à la lumière des temps de pluie, quand aussi les nuages qui traduisent ainsi l'éclairage solaire ne sont pas trop opaques, donnait l'impression connexe que le temps pouvait "se lever" en allant vers midi. Et ce n'était une impression car, assez vite, le ciel s'est épaissi... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]