jeudi 9 juillet 2009

pâtes accomodées à la tomate et aux artichauts, pêche au vin

Ce n'est rien de le dire : le temps s'est refroidi depuis presque une semaine, ayant fait succéder aux effets d'annonces des effets d'averses. Bref, c'est sec. L'éclairage diurne est fréquemment nuancé par le passage de nuées plus ou moins vastes, regroupées ou parcellaires, qui défilent généralement assez vite, car il y a constamment un peu de vent : pas de bourrasques, mais un brave courant d'air plein d'élan, qui sifflote ou se frotte par moments dans les branchages généreusement garnis. Temps changeant mais presque toujours aéré,... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 juillet 2009

Gadda, L'affreux pastis de la rue des merles (p. 186)

"La tramontane ayant fléchi la veille, voici venir, alternant les auspices, le souffle chaud, sur la peau et sur les visages, l'haleine gratuite et ormais mollissante d'une rafale de siroc. Là-bas, derrière Tivoli et Carsoli, des flotilles de nuées horizontales, toutes embouclettées de cirrus, avec des simili-pompons safrans, fonçaient l'une après l'autre à la bataille, cinglaient allègrement au casse-pipe : où donc ? jusqu'où ? Dieu sait ! Sûrement là où les envoyait se faire foutre leur amiral, comme le nôtre nous envoie,... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 juillet 2009

L'Affreux pastis de la rue des merles, C. E. Gadda (éd. Seuil p. 153)

"Arrivé en vue de Ciampino ou de la Palomba, le Santarella levait les yeux : là-haut, tout là-haut, à la mi-mars et en plein ciel, de blanches caravanes de nuages défilaient sans que jamais royal V. E. ne les poursuive. Mais quelqu'un devait bien se charger de les harponner eux aussi : et c'était la pointe argentée des antennes, comme font les dents d'un peigne emmi l'ouate. Et dans la toison du fuyant, neigeux troupeau, on pouvait voir éclore, en perpétuelle anamorphose, pour ensuite se refermer en des présages d'une... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 3 juillet 2009

Vacances

La liberté du citoyen fait consommateur (je traduis : le-client-qui-n'est-pas-roi), c'était de pouvoir jeter, se débarrasser sans souci des monceaux de biens matériels, foutaises et merdouilles aussi bien que certains biens utiles pour une période limitée, mais encore des gadgets innombrables, bibelots ou accessoires indispensables, babioles feignant d'être devenues des outils — toutes choses dont on charge les personnes dès l'école, laïque, dès la petite enfance même pour les besoins de notre tempérament industrieux. Cette liberté... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 2 juillet 2009

Déjà les cerisiers vont empourprer leurs feuilles. Quand les genêts jaunissent l'arrondi du buisson. En fin de matinée un courant d'air courbait les peupliers luisant du lumineux vernis que n'atténuait pas encore la nuée vaste autant qu'ombrageuse qui ne fit que trois gouttes. L'après-midi c'était fini : plus l'espoir d'une ondée. Chaleureux et géant nous baignant de sueur le ciel bleu revenu régna jusqu'à la nuit qui ne vient ces jours-ci qu'après 22 h. Fiable et mélodieuse elle apporte l'air frais.
Posté par Mr Provansal à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 juillet 2009

La fournaise suis son cours ; déjà hier, en fin d'après-midi, des cumulus formés en tours, et même en enclumes, paradaient à l'horizon, bien haut tandis que leur céant s'effaçait dans la perspective, se précipitant en orages dans la vallée. C'est la saison des orages très locaux : le début des haricots. La fraîcheur est dans les maisons maintenant, puis vient à peine avec la nuit, toujours lente à tomber, elle aussi. Aujourd'hui encore, donc, avant le journal de 18 h., on a connu un moment d'ombre, un voile nébuleux grisant tout pour... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 juin 2009

L'été continue son train paisiblement étonnant, mais rien de plus notable qu'un peu de vent qui se lève, de l'ouest, ou du nord, solaire selon certains. Cette nuit cependant, depuis les hauteurs d'une commune voisine, alors que le ciel était clairement étoilé, on pouvait voir la lune, qu'on avait presque oubliée depuis quelques temps, encore croissante, n'ayant pas accompli le premier quart, haute sur l'horizon à l'ouest, vers minuit, qui buvait une sérieuse tasse, avec un nuage de lait. Cette espèce de front brumeux, qu'on avait vu... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 25 juin 2009

L'autre jour au marché du chef lieu, j'ai remarqué que l'homme en combinaison grise à double fermeture "éclair", qui vendait du fil de fer barbelé au détail à peine déballé par terre depuis le haillon de sa fourgonette, et qui avait, émergeant de sa chevelure en broussaille tout ardente d'argent, à l'égale de sa barbe en mosaïque à faire pâlir le conservateur du musée de Biot, une bosse  nue, là au milieu du crâne : un relief chauve gros comme un œuf d'autruche, qu'il coiffait pudiquement d'un bob Ricard certains jours... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 23 juin 2009

Encore une journée fraîche, ensoleillée, pleine de charme dans les cieux tandis que le levé du jour embaume la rosée ; au travers de laquelle un parfum se devine, dans l'air encore ombragé, de reine des prés.
Posté par Mr Provansal à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 22 juin 2009

Par ce temps frais, venté d'un vent solaire agile, assoiffant jusque le ciel ; en s'y prenant bien, on peut faire la vaisselle à la lumière du jour après dîner.
Posté par Mr Provansal à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]