mercredi 30 janvier 2008

30 I 2005

En société (soirées, dîners etc.), ce qui alimente la conversation, c’est ce qu’on avale et non ce qu’on dit. Par rapport à l’histoire du marteau, hier, quelques heures après, mon fils posait les trois marteaux qu’il possède [il a reçu sans concertation trois établis-jouets en bois pour Noël !] spontanément sur leurs pans inclinés.
Posté par Mr Provansal à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 janvier 2008

29 I 2005

Mon fils, qui a deux ans et demi, distingue nettement ce qui est un dessin de ce qui est une écriture, y compris si ce sont des notes de musiques " flottantes ", et cela dans une même page, ou illustration. Aussi, alors que nous jouons avec un marteau en bois qui lui a été offert pour Noël, il est étonnant de voir qu’un volume ne peut être que simple : ainsi, je pose le marteau sur son pan incliné, en équilibre [de sorte que c’est tout le marteau, sauf ce pan, qui devient oblique]. Il est soucieux de reproduire mon geste avec... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2008

23 I 2005

Je suppose que si James Joyce buvait presque exclusivement du vin blanc (Adrienne Monier), c'est parce qu'y mettre de l'eau perd tout son sens.
Posté par Mr Provansal à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 janvier 2008

16 I 2005

On peut se demander si le double mandat de Bush G. W., après l’annonce de l’utilisation d’un site babylonien comme camp militaire [parking pour engins], et sa putain de guerre avec, ne sont pas l’expression d’un vœu souterrain de la société [civilisation] états-unienne, comme on dit, de régler la question difficile des ses racines historiques [un carnage en efface un autre], fantaisistes ou sanglantes de toute façon (quel que soit le crédit qu’on porte aux thèses de l’Amérique blanche), en éradiquant la tangibilité de cette idée de... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 14 janvier 2008

14 I 2005

Liu me confie que le matin, elle boit l’eau bouillie restée dans la bouilloire après qu’elle ait fait son thé la veille, et à température ambiante.
Posté par Mr Provansal à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 9 janvier 2008

9 I 2005

Devant mes disques, mon regard s’arrête sur la tranche d’un vieux L.P. avec une baguette pour tirer la pochette intérieure, et me dit de celle extérieure qu’elle est encore de l’ordre de la boîte plutôt que de la pochette. Cette baguette est en bois et je ne vois plus que ce bois parmi les disques, la forme cylindrique de la baguette et sa plate-forme ronde à l’extrémité, me demandant : quel bois est ce ? Ce bois, c’est Le bois, le matériau qui, à une époque encore récente entrait dans la composition d’un produit de grande nouveauté... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 8 janvier 2008

8 I 2005

J'écoute la Partita n° 2 pour violon de J. S. Bach par Sandor Vegh et me demande : est ce que cette musique ne serait pas américaine dès lors qu'elle est conçue, écrite et jouée [écoutée] à une (ou des) époque(s) postérieure(s) à la découverte de l'Amérique ?Il y a dans la [fameuse] Chacone de cette Partita une dimension épique avec rien qui la fasse tenir à l'Antiquité, rien d'Homérique ; bien que pour affirmer cela il me faudrait peut-être avoir une conception de ces choses qui leur soit contemporaine. On peut dire en tous cas que... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 7 janvier 2008

Délai — 6 I 2005

Le problème, avec ces histoires de peur du noir, c'est qu'on est au point où on commence à avoir trop de lumière, mais on ne veut pas retourner vers l'obscurité.
Posté par Mr Provansal à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 janvier 2008

3 I 2005

Les matins qui ne demandent pas une violence à toute action sont des matins rares et beaux surtout.
Posté par Mr Provansal à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 2 janvier 2008

2 I 2005

Les gags de Reiser ayant trait aux exécutions de peine capitale sont particulièrement bien senties. N. B. On ne peut pas dire, dans une société où les condamnés à mort sont abattus au petit matin, que la peur du noir n'est plus à l'ordre du jour.
Posté par Mr Provansal à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]