vendredi 14 décembre 2007

Retard, du 12 XII 2004

Revu hier le film du fils de Louis Kahn, qui est un film troublant. D’abord parce que le prétexte d’une enquête sur son père y donne lieu à des commentaires à la fois généraux, renvoyant à des traits concrets de l’expérience personnelle — commune, me semble-t-il. Exemple ; cette remarque que la première femme de Kahn, Esther, n’a jamais divorcé, a été sa seule constance, la base de sa vie — elle était salariée d’un laboratoire pharmaceutique, stable… Ceci dénote certaine flottaison de la personne de Kahn. Les larmes viennent plus... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 décembre 2007

5 XII 2004

Vu hier le film de Nathaniel Kahn : "My architect" dans lequel celui-ci retrouve son père (Louis Kahn) par l'œuvre qu'il a laissée. Le film est marquant, notamment pour quelques propos de Louis Kahn et d'autres architectes, au Bengladesh et en Inde surtout. Il y a là aussi un acte fort à l'égard de la paternité — son absence ; et une façon belle et crue de montrer un homme avec plusieurs vies, plusieurs familles parallèles. On comprend la force de cet homme par le dialogue fraternel de ses enfants devenus adultes. Louis Kahn a... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 15:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 30 novembre 2007

30 XI 2004

Songeant à me servir, malgré tout, c’est mieux que rien, un verre de vin d’orange, d’un vin d’orange que l’on m’a offert, je me souviens de ce que j’ai dit ce matin en me levant alors que j’avais bu un verre seulement de cette boisson avec beaucoup de glaçons : " Ce vin d’orange est un poison mortel, je n’en ai bu qu’un verre etc… " Par dépit, je me résout ce soir à en boire encore un seul verre, répétant l’expérience sans glaçon.
Posté par Mr Provansal à 22:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]