Le nom "Météo rétrospective" vient d'un journal sur ce mode que j'avais composé en 2002. Mais avant cela, j'avais relevé par écrit dans un agenda le menu de mes repas et le temps qu'il avait fait, pendant quelques mois en 1997. Cette tentation du journal m'était venue par la lecture de celui d'Ozu, le cinéaste japonais, dont, à la bibliothèque de l'école des Beaux-arts où je finissais mes études, quelques pages m'avaient marqué parce qu'Ozu notait ses repas et le temps qu'il avait fait, entre autres. Marquant également, le fait qu'Ozu ait des écrits publiés, en des termes littéraires, tandis qu'il n'est pas identifié comme écrivain. Plus important peut-être, le fait qu'il soit connu pour ses films, ses cadres sur-baissés qui répondent au mobilier japonais. Quelques années après, la lecture du journal de Pontormo, qui était peintre cette fois, me marquait à son tour, en rappel.

Mathieu Provansal