dimanche 31 août 2008

Vers minuit, le ciel s'était obscurci, l'écran nuageux ne permettait plus de voir la moindre étoile, et la turbulence de courants d'air lents, qui avaient une odeur humide et vive pour compagne, laissait présager la pluie. Cependant, à 4 h., le ciel était constellé d'étoiles limpides comme le petit matin sait les faire ; puis, alors que des rayons chaleureux biaisaient entre les menuiseries pour se réverbérer sur les murs, tirant du sommeil, le ciel s'est subitement couvert entre 8 h. et 9 h. d'un voile dense, brume chaude et haute... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 août 2008

Il a fait beau, du matin jusqu'au soir, et chaud sous un ciel dense d'unité jusqu'à la fin d'après-midi : des nuages de voûte arrivaient par l'ouest, et en descendant par la vallée du Lot on pouvait voir le ciel blanchir en baissant son regard vers l'horizon dans cette direction. Ce vaste front de brume haute présentait des escadres et des éclaireurs solitaires, aux fibres diaphanes qui se confondent avec le voile auquel elles donnent une orientation ; ces ficelles sans tension dans le ciel sont aussi des nuages. Toujours dans... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 29 août 2008

La journée a adopté la statique inimitable des coups de chaleurs ; le ciel bleu inamovible, où les traînes diffuses des sillages d'avions ne se déportent même plus d'un côté, de l'autre, mais marquent le ciel, en soulignent l'immobilité longtemps après que les avions soient passés, car c'est bien le seul mouvement qui s'y soit montré pendant toute la journée. Pourtant, alors même qu'on mûri cette remarque, un maigre courant d'air anime le feuillage épais du poirier. Il faisait déjà 18 degrés en ce début de matinée, et encore 21 degrés... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 août 2008

Une brise de terre sur la terre bruisse à tout moment de la journée dans les rubans du rideau à mouches. Le jour s'est levé dans un dégradé depuis l'oranger jusqu'au le bleu cendré, pâle, puis clair, puis bleu ; dans cet appareil, sur les collines à l'Est, il y avait un seul nuage, comme un reste de fumée, le premier pas d'un motif calligraphié, horizontal, un trait plutôt qu'une ligne, et vaguement incurvé, qu'une virgule accentuait au-dessus, jouxtant l'extrémité sud. À 8 h. il faisait 14 degrés, la matinée s'est rapidement mise à... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 27 août 2008

Mystère

La radio transmettait un commentaire aujourd'hui, selon quoi l'attitude adoptée par la Russie à l'égard de l'Ossétie du sud était en quelque sorte une approbation de l'indépendance du Kosovo. Pourtant, lors même de la reconnaissance par les Nations-unies du Kosovo comme entité nationale, voilà quelques mois, Boris Toumanov (journaliste du quotidien "Temps nouveaux" à Moscou, et correspondant de Radio France) avait clairement expliqué quel mécanisme cette reconnaissance de l'indépendance du Kosovo risquait de déclencher dans... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 27 août 2008

Ino (dans "Ivresse de brumes, griserie de nuages / Poésie bouddhique coréenne (XIIIème - XVIème siècle), nrf p. 179)

Bras tranché au monastère Sorim Un coup de lame de givre tranche le vent du printemps,Tout enneigée, cour vide où tombent les feuilles rouges ;Le vrai, le faux, la discussion alors prend fin :Le croissant de lune froide repose sur la cime de l'ouest.
Posté par Mr Provansal à 17:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mardi 26 août 2008

Le temps doux, avec lourdeur dans les vallées, hier, était encore parcouru d'importants nuages blancs opaques, dont les volumes aussi donnaient toute sa valeur à la planéité fausse (aussi bien que sa couleur…) du ciel bleu qu'irradiait le soleil. Mais le crépuscule déjà se jouait dans un nuancier limpide par des tons de rouille, grisé, bleu pétrole éteint, parme lavé, sans la moindre aspérité dans le passage d'un coloris au suivant, sans le moindre décalage sur l'horizontale de l'horizon. Et la promesse en était tenue ce matin, dans... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 25 août 2008

Roger Lewinter, "L'Attrait des choses" (éditions Gérard Lebovici p. 102)

[…] "où, parmi une somme de 200 interprétations, chaque dimanche en début d'après-midi, entre le thé et le café, je choisissais un opéra, rituellement écouté — près de la cheminée du hall, dans son fauteuil, ma mère sommeillait, cependant que, sur le canapé en face, j'étais étendu, recroquevillé, et que mon père, faisant la sieste dans le salon, après la retransmission du tiercé au transistor, selon les rapports s'éclipsant plus ou moins brièvement, nous rejoignait en fin de représentation, alors sur la même ligne que moi, tandis... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 25 août 2008

Toute la semaine à la pointe du Médoc, en pension complète agréée par la Caisse d'Allocations Familiales, j'ai eu le loisir de vérifier ce que j'ai défini sur ces pages plusieurs fois cet été comme des nuages océaniques. Le loisir et plus, étant donné qu'il a fait ce temps de cieux océaniques tous les jours de la semaine, et souvent du matin au soir (avec une parenthèse d'ensoleillement plus franc dans le courant des après-midis). L'occasion donc de vérifier que "nuage océanique" veut dire tout et n'importe quoi, que les... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 16 août 2008

La nuit d'hier soir finit par être étoilée, montrant les mêmes nuées du couchant mais passées à l'Est, où la lune se levant les distinguait du ciel obscur en attribuant des rousseurs lumineuses sur leurs bordures. Temps changeant depuis ce matin, dont la fraîcheur semblait modérée, commençant par un ciel gris sans vent, sans trop de relief sinon quelque impression de fuyantes à la Ruskin, qu'un plan diffus dans le ciel marque tout seul. Puis il a fait un soleil doux, chaud sans exagérer, que les vacanciers sur le retour regardaient... [Lire la suite]
Posté par Mr Provansal à 21:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]